Destination Rome [Magazine]

Destination Rome. Le magazine bi-mensuel du voyage avant le voyage consacre son 5ème numéro à la cité éternellement dans nos coeurs. Visa pour la capitale historique et romantique. A ne pas manquer...

magazine destination rome
Points Forts

Petit pincement au coeur puisque j'avais contacté la rédaction de Destination lors de leur 1er numéro sur New-York, dans le cas où Rome serait aussi de la fête. Je n'ai pas été entendu. Qu'importe, Destination Rome est un très bon magazine.

D'abord parce qu'il y a très peu de publicités. Je ne sais pas comment ils arrivent à se financer, mais pour le lecteur, c'est très agréable.

Ensuite, parce que les photos sont très réussies. On a vraiment l'impression qu'elles viennent d'être prises et qu'elles n'ont pas été ressorties du placard pour l'occasion. C'est un vrai magazine sur Rome, actuel.

La présentation est soignée, en papier glacé. C'est un beau magazine.

J'avoue m'être laissé prendre à l'aéroport par les photos, et je n'ai pas encore eu le temps de le lire.

Découvrons-le ensemble...

Destination Rome

"S'y perdre, déambuler librement, humer les odeurs, observer les gens : c'est ainsi que l'on découvre une ville." Entièrement d'accord avec Stéphanie Lambert, la rédactrice en chef.

La Divine Métropole : l'envoûtement que la ville exerce sur l'imaginaire
Rome fête ses printemps : Rome s'anime de concerts et d'expositions
Galeries sacrées : On pousse les portes du Vatican et de la Chapelle Sixtine
L'éternité devant elle : Pélérinage au coeur de la ville spirituelle
Dolce Vita : Balade dans les palais et jardins
Péplum Romain : Les édifices de la Rome Antique
Roma Mio Amore : Guillaume Rivière, poète de l'image, voit sa Rome
L'âme bohème du Trastevere : Quartier branché et populaire
Villa d'Este : Le Jardin des Merveilles
Mémento Malin : A lire...

Bienvenue à Rome : Rome en quelques jours
Balade architecturale dans la Rome Antique : Promenades archéologiques - Rome antique retrouvée
Un idéal de beauté : R-V avec l'Art de Rome
Palais et demeures de rêve : Villas et palais de Rome
Hors sentiers battus : Rome Insolite & Secrète
Chroniques d'un bohème : Rome, regards

Vraiment, si vous aimez Rome, c'est un cadeau à vous faire. Où Acheter Votre Numéro ? (un site malin pour trouver Destination Rome près de chez vous - France)

Ah, au fait, quelqu'un saurait me dire pourquoi le titre est Que bella ? Selon moi, Che Bella serait plus adapté. Y-a-t-il un jeu de mot caché à mes sens ?

Vos Chemins Mènent à Rome

Commentaires

Alice a dit…
Jeu de mot ou pas, ce "que" m'a aussi interpellée ! Je pense qu'ils craignaient que des lecteurs non italophones ne comprennent pas. Je trouve ça gênant de faire une faute au nom du confort de lecture, il y a tant d'autres titres !

Merci pour vos articles que je lis toujours avec beaucoup de plaisir :-)
Eric a dit…
Merci Alice de vos encouragements et de votre mot.

Je trouve cela aussi gênant, s'il n'y a pas d'autres justifications...
Silvia a dit…
Ouf, soulagée et confortée, pour une fois ce n'est pas moi qui lève son doigt pour signaler un truc qui ne va pas du tout, mais pas du tout...
Merci Alice de l'avoir dit la première.
Pas seulement ce "que", c'est gênant, mais c'est aussi idiot. Jeu de mot ? Il n'y en a point.
Moi, franchement, je vois un truc pareil en couverture et n'ai même pas envie d'ouvrir le magazine...
Ils ne t'ont pas entendu, Eric ? Cela ne m'étonne pas, voilà leur carte de visite, ils ne te méritent pas.
Eric a dit…
Euh, Silvia, peut-être ton jugement est-il un peu excessif ? ;-) Je ne me prends pas pour le centre du monde. Je t'assure que je n'ai aucun problème - au contraire, grand plaisir - à présenter le magazine. Vraiment. Il n'y a pas de pubs et les photos sont belles. Il y a un réel effort. C'est un numéro entier qui est consacré et pas le connu numéro spécial Rome d'autres magazines, qui ne contiennent en fait que 4 pages sur Rome et tout le reste sur le reste justement. C'est un numéro réussi.

Pour le titre, il y a sûrement une bonne raison à découvrir. Ce sont des pros de la presse. Et puis, je n'aime pas jouer les Rome Victim. Je suis très heureux que ce magazine ait vu le jour et il me tarde de prendre le temps de mieux le lire.

Je peux comprendre ton point de vue linguistique. Je pense que tu peux aller au-delà et feuilleter le magazine tranquille ;-)
Silvia a dit…
Ben non, excuse-moi mais ça ne donne pas envie, au moins sur le coup, peut-être plus tard si j'arrive à bien digérer...
Et puis je ne comprends pas, il y a 2 heures "mon" point de vue linguistique gênait tout le monde et maintenant ce ne serait que moi ?
Quant à toi, si j'avais dit ce que j'avais dit, c'état plutôt pour t'envoyer une fleur. Je ne te voyais ni en victime, ni en égocentrique. Et c'était sincère.
Eric a dit…
Non, ce n'est pas que toi, Silvia. Nous sommes d'accord sur le titre. Je dis simplement que je suis allé au-delà de la couverture et que j'ai bien aimé le magazine. J'ai bien pris le compliment et t'en remercie, et peut-être que je ne sais pas les accepter ? ,-)
Je partage l'avis de Sylvia, j'ai vu la présentation du magazine et ce "Que Bella" m'a dissuadée de l'acheter.
Maintenant vu ce que tu dis du contenu je vais peut-être me laisser tenter.
Mais un titre pareil, pour moi c'est le détail qui tue. Comment ne pas penser "que" le contenu sera à son image.
Rien qu'à cause de ça, cela ne m'étonne pas qu'ils ne t'ai pas retenu, trop "que bello" pour eux !
Eric a dit…
Quoiqu'il en soit, le test est simple pour savoir si le magazine te plaira. Il suffira de le feuilleter en librairie.
Je meurs de honte, j'ai fait moi aussi une énorme faute d'orthographe. Cela m'étonne que Sylvia ne l'ai pas relevée.
Donc je rectifie "cela ne m'étonne pas qu'ils ne t'aient
pas retenu".
Sinon Eric, tu as raison, il faut tenter l'expérience du feuilletage.
Je te dirai ce que j'en penses
Eric a dit…
Je ne sais pas si j'ai raison ou tort, mais malgré ma grande surprise devant le titre (peut-être même pas sur le coup, je ne m'en rappelle plus) j'ai aimé le caractère un peu classieux de ce magazine.
Silvia a dit…
Tu sais Anna, Silvia relève toujours mais la plupart des fois décide de se retenir voire s'abstenir, parce qu'elle ne veut pas résulter pédante.
De toute façon une erreur pareille n'a rien à voir avec ce "que bella" qui est en plus un choix délibéré.
Et comme tu viens me chatouiller... "Cela m'étonne que Sylvia ne l'ait pas relevée" ;-)
Tu ne m'en veux pas, hein ?
Qui n'a pas été relevée ? La faute, donc accord.
Pas d'accord, Sylvia ?
Silvia a dit…
Pas du tout, puisque ça ne concernait pas le mot faute ni son accord.
Ta phrase étant "Cela m'étonne que Sylvia ne l'ai pas relevée", c'est le verbe que j'avais retouché, pour que ce "ai" devienne "ait".

Et tu vois que ça devient bien pédant...
Eric a dit…
Alors, j'essaie de sortir du discours pédant : lisez-vous des magazines de voyages papier, et si oui, lesquels ? et pourquoi ?
Silvia a dit…
Ah, avec moi ça va vite, et tu vas être déçu, je le crains : aucun. Par ailleurs ça fait un moment que j'ai délaissé les magazines papier, tous domaines confondus, pas que les voyages donc.
Une fois, du côté transalpin, j'aimais bien les Meridiani d'Editoriale Domus, à ne pas confondre avec la collection Meridiani de Mondadori. Il y avait souvent des numéros monographiques sur une ville ou un pays. Je crois que ça existe toujours.
Eric a dit…
Je n'ai pas à être déçu, Silvia. Quant à moi, je feuillette beaucoup à Mondadori, et j'achète parfois, comme c'est le cas ici... Je n'ai pas de titre attitré !
Sylvia toutes mes excuses. Je me suis polarisée sur l'accord, et l'autre faute vient de me sauter aux yeux. Aie !
Non je ne trouve pas que cela soit pédant. J'aime écrire, j'ai horreur des mots mal orthographiés, des répétitions. J'aime lire et je déteste les imperfections quelles qu'elles soient.
Simplement un commentaire s'écrit souvent à toute allure, c'est presque du langage parlé pour moi. D'autant plus qu'Eric répond toujours.

Eric, magazine = aucun. Je déteste cette sensation de vide, après-coup.
A Rome j'aimais beaucoup les petits "Roma Tascabili". Qui étaient vendus en supplément de ???, j'ai bien peur d'avoir oublié.
J'en ai toute une série. Ils sont très bien documentés, illustrés de gravures anciennes et permettent une approche de la ville, Rione par Rione. D'autres concernent Villas, Obélisques, Coupoles, Chapelles...
Pour quelqu'un qui comme moi, pousse à l'obsession, la connaissance la plus approfondie possible, c'était une véritable mine d'or qu'il m'arrive encore de prospecter.
J'achetais aussi une très belle revue consacrée aux Eglises, "Roma Sacra" éditée par la Soprintenza per i Beni Artistici e Storici. Les vingt et quelques numéros que je possède, proposent eux aussi de multiples façons de parcourir la ville, en recensant tous les édifices religieux.
Pendant des années je n'ai cessé d'acquérir pratiquement tous les livres qui parlaient de Rome.
Guides anciens, Journaux de voyages, Correspondances, Mémoires, Revues de la Villa Medici, et j'adorai lors de ces lectures apprendre l'existence d'un édifice dont personne ne parlait. Mais plus encore, faire sur place, ce genre de découverte.
Le jour où j'ai su que Freud avait la même passion, j'ai été ravie ! Mais pour certaines personnes de mon entourage, c'était plutôt
inquiétant !
Silvia a dit…
Anna, les Roma Tascabili dont tu parles seraient bien les Tascabili Economici Newton qui étaient vendus avec Il Messaggero ?
Sylvia, je te réponds bien tardivement !
Je ne pense jamais à regarder le suivi des commentaires, parce qu'il arrive dans une autre boite aux lettres.
Oui c'est bien de ceux-là qu'il s'agit.
Le premier numéro, je l'ai trouvé sur une... poubelle.
Ensuite j'ai dû en acheter en fonction de ma présence à Rome. Mais la plus part, je les ai trouvé en librairie, soldés pour trois francs six sous.
J'aime leur côté exhaustif.
C'est grâce à l'un d'eux que j'ai pu localiser la chapelle la plus secrète de Rome. Celle de la Chambre des Députés, dont le vulgus pecum ignore l'existence. J'avais repéré un campanile, et j'avais beau faire le tour du pâté de maisons, aucun accès. C'est grâce au Tascabile des Campaniles que je l'ai identifié et j'ai compris pourquoi il était inaccessible.
On peut d'ailleurs apercevoir cloitre et chapelle, magnifiques, à travers une grande baie vitrée dans la cour du Patriarcat d'Antioche, Piazza di Campo di Marzo.

Ma réponse déborde un peu le cadre de ta question, mais je n'y peux rien. J'ai toujours un pied à Rome...
Silvia a dit…
Et bien Anna, moi aussi, je te réponds très tardivement !
Comme je ne savais pas trop qu'est-ce qu'ils allaient devenir les commentaires pendant l'absence de notre hôte, j'avais fait un tour sur ton blog à toi pour y laisser un message, mais parmi les nombreux changements que j'ai pu y voir, il ne serait plus possible de laisser un commentaire ? C'est bien ça ?

De toute façon, le maître des lieux étant là, je me sers à nouveau de cet espace, d'abord pour te dire que ta réponse me ravit : j’aime que ce soient bien ces Tascabili-là, pour moi aussi source de bons souvenirs.
Ensuite pour te remercier de toutes ces précisions qui donnent envie d'aller voir sur place.
Et enfin pour te proposer une extension alternative à nos échanges... Si t'en as envie bien sûr.
A la fin de mon billet Rome by Silvia il y avait une adresse mail... Je te laisse le choix.
Anonyme a dit…
Merci pour votre blog. Je suis une fan de Rome depuis bien longtemps et c'est avec plaisir que je vous lis. Je souhaite conseiller un guide très bien réalisé et surtout gratuit, pour ceux qui découvrent la ville éternelle pour la première fois : http://www.partirdemain.com/guide-rome.htm.
Moi je connais trop bien, je n'en ai plus besoin !!
Bonne lecture et encore merci.
Catherine
Eric a dit…
Merci de votre conseil, Catherine, je vais aller le télécharger. Eric

Articles les plus consultés