William Klein : Rome Années 50

William Klein, génie de la photographie, s'expose à Rome, aux Marchés de Trajan - Musées des Forums Impériaux, pour ce qui est considérée comme l'une des oeuvres majeures de sa carrière : ses clichés de Rome entre 1956 et 1960. Retrouvez Rome à son âge d'or...

WILLIAM KLEINWilliam Klein - Rome - Dovima is Devine - cc

William Klein + Rome

La magie des années 50 à Rome en 60 images... des manifestations sur les grandes places de la capitale, les promenades aux forums impériaux, les dimanches à Ostia, les scènes de la vie quotidienne...

"Les photographies en noir et blanc, toutes de grand format, sont installées sous les voûtes impressionnantes du monument, au milieu des vestiges archéologiques, sculptures et statues datant de l'époque romaine.

En outre, les photos sont accompagnées de légendes et commentaires remplis d'humour démontrant le sens aigu de l'observation de l'artiste.

L'exposition, intitulée "William Klein - Rome - Photos - 1956-1960", est ouverte au public jusqu'au 25 juillet." (AFP)

Mercati di Traiano - Museo dei Fori Imperiali
Via IV Novembre 94 - 00187 Rome
De mardi à dimanche 9.00-19.00
Fermé le lundi
La billetterie ferme une heure avant

William Klein - Rome 1960 - Dovima is Devine - cc

Catalogue - Rome William Klein

"En 1956, à 28 ans, William Klein arrive à Rome, frais des débuts de sa désormais classique monographie Life Is Good & Good for You in New York.

La raison, ou plutôt le prétexte est de collaborer comme aide au cinéaste Federico Fellini sur le tournage de Les nuits de Cabiria.

Le tournage se traine en longueur et Klein se retrouve à Rome, avec son appareil photo, en compagnie de guides d'exceptions comme Fellini, mais aussi Pier Paolo Pasolini, Alberto Moravia, Ennio Flaiano et autres écrivains et artistes de l'avant-guarde italienne.

De ce vagabondage dans la capitale nait "Roma", un carnet visuel de la cité, brillant et pionnier. Publiée pour la 1ère fois en 1959, Roma reste l'une des oeuvres les plus importantes de Klein, dans laquelle, aux images extraordinaires, s'associent des textes longs et colorés de l'auteur lui même et une série de citations sur la ville de voyageurs célèbres comme Stendhal, Michelet, Mark Twain, Henry James,...

Pour célébrer le 50ème anniversaire de la publication de "Roma", Contrasto a produit une nouvelle édition, qui inclut aussi des images inédites de la mode à Rome et une nouvelle version du texte mis à jour.

Le livre est composé de 2 volumes, un photographique et un entièrement dédié aux textes, recueillis dans un coffret spécial en PVC qui reproduit la couverture originale : une nouvelle édition d'une oeuvre qui a fait l'histoire de la photographie."

William Klein: Rome
Relié: 232 pages
Editeur : Thames & Hudson Ltd (26 octobre 2009)
ISBN-13: 978-0500543856






Vos Chemins Mènent à Rome

Commentaires

Eric, comme je suis en train de terminer quelque chose sur lequel j'ai travaillé pendant deux ans, je n'ai pas ouvert ma boite aux lettres depuis 3 jours.
Ce soir, après le plaisir du travail accompli, même si j'ai encore quelques heures à passer dessus, je jète un oeil rapide à mon courrier et je n'en crois pas mes yeux.
Cela fait la deuxième coïncidence italienne en quelques jours, et j'en suis très troublée.
Sais-tu ce que je faisais, lors d'un moment de pause, samedi, installée au soleil sous la véranda ? J'ai ouvert enfin le livre que je me suis offert pour Noël...
Tu auras deviné lequel.
C'est un pur régal.
Cinéphilie oblige, de mémoire, un bref dialogue entre Klein et Fellini. Celui-là voulait rencontrer celui-ci et lui téléphone.
"Pas de problème, j'ai sous les yeux votre livre sur New-York, je l'aime beaucoup, venez à Rome vous serez mon assistant."
"Et que devrais-je faire ?"
"Si je suis malade, vous tournez à ma place."
"Pas de problème, on commence quand ?"

Klein qui n'avait jamais fait de cinéma de sa vie arrive à Rome, à tort un peu inquiet. Il ne connaissait pas Fellini, qui faisait ce genre de proposition à tous ceux qui l'intéressait et avait envie de connaitre.
Des assistants, il y en avait déjà une demi-douzaine... Pour un tas de raisons le projet tourne court, et Klein désoeuvré se met à photographier.

Dans le second volume du coffret, des témoignages, des textes de personnalités du milieu artistique, et non des moindres. Je ne l'ai pas encore lu, mais je peux citer Pasolini, qui à lui seul vaut le détour.

Je complèterai quand j'aurai lu ton article, vraiment pas le temps ce soir.
Bonne nuit.
Anna
Eric a dit…
Cela m'étonne à peine, tu as toujours un train ou 2 d'avance sur moi ! ,-)
Vraiment rien à dire de plus, sinon le regret de ne pouvoir visiter l'exposition, qui a trouvé LE cadre où
l'exposer.
Le Marché Trajan est un lieu que j'affectionne particulièrement à cause d'une petite terrasse, grande comme un mouchoir de poche, et qu'il faut connaitre pour y accéder. Autant dire que c'est un jardin vraiment secret. L'endroit est envahi d'herbes folles, il y a un minuscule bassin avec un petit jet d'eau et des poissons rouges, quelques rosiers, des arbres, et la ville à ses pieds.

Si je n'avais pas déjà le livre, je l'aurai commandé immédiatement.
Voilà au moins un terrain d'entente, qui se joue des
générations.
J'ai lu ce matin quelques pages du second volume. Chaque photo a des commentaires parfois de plusieurs
pages.
Je recommande les photos sans le texte pour une première lecture.
Et c'est amusant de voir que si l'on a VU, lui nous donne à REGARDER.
Et c'est un moment de vie d'il y a 50 ans qui se met à revivre sous nos yeux. Il s'accompagne d'hallucinations auditives, olfactives et même gustatives. Autant dire que l'on y est, là dans un coin, embauché(e) comme assistant(e) à la Fellini !
Je ne dirai pas les choses de cette façon là.
D'accord pour le train, depuis mon premier voyage en train toute seule quand j'avais 15 ans, j'adore les
trains.
Bon n'étant pas dans "le Magazine du Rail" je vais en rester là...

L'image qui me viendrai plutôt à l'esprit, serait celle-ci.
Tous les deux dans le même train.
Mais toi tu conduit la locomotive, ce qui évidement
te prends énormément de temps.
Moi je suis confortablement installée, seule dans un compartiment, et j'explore en permanence tout ce qui a trait à Rome. Les livres s'accumulent autour de moi,
même s'ils attendent parfois LEUR moment.
Il est donc tout à fait normal que peu de chose m'échappe.
CQFD
Eric a dit…
Je suis pareil pour les livres, il y a l'envie de les acheter, de les lire. Et parfois, les envies dépassent les capacités de lecture. Alors ils attendent leur tour. Attention, un livre peut en cacher un autre !
Eric a dit…
Nous avons jusqu'au 25 juillet et il ne faut jamais dire jamais...

Articles les plus consultés