Les Elections Présidentielles Françaises d'un Expatrié

Faites vos jeux, rien ne va plus. Les élections présidentielles françaises se déroulent dans moins d'un mois et les sujets politiques de fond les plus importants pour les français n'ont pas été abordés. Français de tous pays, unissez-vous. Français de France, de Rome, d'Italie et du monde, munissez-vous de votre carte d'électeurs et allez voter. Mais avant, un petit détour par la case départ : pour qui voter, pour quoi voter. Tout savoir sur les programmes de chacun des candidats. Vous n'avez plus d'excuses.

éléctions présidentielles françaises 2012


Bas mots, coups bas, traitrises, petites phrases assassines, personne ne s'y trompe, nous sommes bien dans la campagne électorale pour les présidentielles françaises d'avril prochain. Hélas, 3 fois hélas. Prisme déformant de l'étranger, la campagne si elle s'emballe paraît se borner à couper la tête des aristocrates, comme en 1789, et à constater les dégâts : la France vit à crédit depuis 30 ans, comme l'Italie et d'autres.

La faute à qui ? Pas aux français ! A tous les gouvernements qui ont voté des budgets à l'équilibre douteux. Alors, on nous promet aujourd'hui de se serrer la ceinture, comme si il n'y avait pas assez de pauvres en France et en Europe, dans les pays dits riches. Oui, la France est un pays riche, peuplée de gens de plus en plus pauvres. Le comble.

Philippe Ridet, Correspondant du Monde à Rome sur Nicolas Sarkozy
Alors mesdames et messieurs les candidates et candidats, remettez donc aux oubliettes vos 75% de taxes et autres chasses aux exilés qui ne trompent personne. On ne résout rien de la sorte. On achète des voix, voilà tout. C'est la lutte contre la pauvreté, pas contre la richesse qu'il faut mener dans ce beau pays, dernier bastion communiste d'Europe de l'ouest, si l'on en croit la montée de Mélenchon et les chasses aux sorcières de luxe, menées par les démagogues.


Mais si Mélenchon se la ramène dans les sondages, justement, c'est peut-être que l'on a pas à faire à un ras le bol, ou autre mécontentement que l'on pourrait amadouer d'un revers de loi fiscal. Va peut-être falloir se fouler un peu plus dans les programmes, mesdames, messieurs les candidats.

D'ailleurs parlons-en des programmes, vous n'êtes pas au courant ? Les candidats ont des programmes ! Demandez le programme ! Vous pouvez les sélectionner, les comparer, les imprimer, bref bien vous amuser. Merci Monsieur Le Monde...

Georges Marchais : "Je considère que les Français ne vont pas acheter un président comme ils vont acheter un paquet de lessive" - 23/03/1981


D'ailleurs, les programmes, à quoi ça sert ? A se faire élire. Et après ? Après, on verra ! Demandez à Obama. Yes, we can. Au fait quoi, se faire élire ? Bien sûr, les machines de campagne sont bien huillées pour les pros de la com et les professionnels de la politique, qui visent en même temps la victoire de leur camp, une place dans les ministères et une posture pour les prochaines présidentielles, pour faire d'une pierre 3 coups.

Alors, messieurs, mesdames, les politiques, quand vous aurez fini de donner à l'un pour reprendre à l'autre, sans cohérence d'ensemble, sans politique, une vraie, quand vous aurez fini les polémiques - vous avez remarqué ? ma grand-mère - ouf, elle ne lit pas ce blog - ne trouve plus ses mots croisés favoris, cela fait polémique dans le Télégramme de Brest, votre coiffeur n'a plus votre shampoing préféré, cela fait polémique. Qu'est ce qui ne fait pas polémique aujourd'hui pour vendre du papier ou des articles en ligne, ma bonne dame !

... Quand vous aurez pris la mesure des risques qui nous menacent, quand vous arrêterez de vous regarder le nombril, quand vous proposerez, incarnerez une politique, non du pire, mais de développement - oui, comme les pays en voie de développement - quand vous aborderez enfin les questions de société qui doivent faire débat, qui doivent être tranchées depuis 15 ans au moins, alors ce beau pays qu'est encore la France aura peut-être des chances de s'élancer dans le siècle, fier et courageux.

Du courage, il vous en faudra, pas pour être élu, mais pour gouverner, mener, décider, vous battre dans ce monde égoïste. Commencez donc par nous parler de ces 4 questions qui nous touchent tous, expatriés, exilés, citoyens de France et de Navarre.

1. Les Retraites

Qui peut croire encore à la retraite à 60 ans à taux plein. Taux plein de quoi ? Pas de trop plein en tous les cas. Oubliez.

1. Le taux plein ne sera pas suffisant, ou seulement pour survivre - donc économisez, investissez pour vos vieux jours.

2. La retraite n'est plus à 60 ans et ce n'est que le début...

2. La Couverture Sociale

Pour ne pas mourir de froid ou d'autres choses. Quand on se demande comment payer la facture de dentiste exhorbitante, même si on se sait couvert - pas à 100% évidemment - et que l'on a peur de tomber malade, il y a comme un problème.

Non au système hideux des USA - entre parenthèses, les jaloux du système français, arrêtez de nous rabâchez les oreilles avec le système de couverture à la française financé par les dettes. Au moins nos dettes, elles servent à quelque chose. Oui, il faut les réduire, pas sur le dos des gens. L'exemple des USA ? Non merci, le pays le plus endetté du monde, attendez la fin des élections présidentielles aux USA et regardez si le feuilleton des dettes ne va pas reprendre dans ce bon vieux pays de l'oncle Sam, même pas fichu de protéger ses enfants par un système social décent. Pour quoi ? pour engraisser les lobbys pharmaceutiques, s'acheter de belles bombinettes et promettre à tous un Hummer et un frigo distributeur de glaçons pour Noël ?

3. La lutte contre la pauvreté

Par la croissance verte, soucieuse de l'environnement, par les politiques de l'emploi, la construction de la compétitivité de nos PME, l'aide à l'export et à l'implantation à l'international, le soutien des entrepreneurs et du capital risque. Et oui, Facebook ne s'est pas contruit en un jour, et se construit avec beaucoup d'argent,...

Et puis, oui, les grands groupes paient des impôts, à la sources des dividendes qui leur sont versés et dans chacune des filiales qui les composent. Et si les résultats sont exhorbitants, cela s'appelle la consolidation : des additions et soustractions de tous les résultats des sociétés dudit Groupe. Et si certaines sociétés ne paient pas d'impôts en France, c'est qu'on les pousse directement ou indirectement à aller voir ailleurs pour se développer, car les marchés d'Europe se saturent.

Certains groupes emploient 200 000 personnes dans le monde. Ce n'est pas rien. La vérité est que les caisses sont vides, et on va chercher jusque sous les tapis pour trouver le moindre cents d'euros. Arrêtez de taper sans cesse sur les groupes français. Les Coréens sont si fiers de Samsung et Hyundai, et vous les geeks vous ne jurez que par Apple - so chic ! - et Facebook, alors que diable, au pire feignez l'indifférence quand on vous parle de LVMH, Accor et autres Alstom.

4. L'Europe

On vit en Europe, les prix sont en Euro, on voyage dans tous les sens, l'Europe est là et c'est une chance. Ne la laissons pas passer. Vous comptez faire entendre votre voix dans le monde face aux USA et à la Chine en restant franco-francais ? La ligne maginot, c'est ça ? Ne soyons pas non plus naïf, tous les pays du monde ont des barrières à l'entrée de leurs marchés nationaux, visibles ou invisibles. Allez ouvrir un supermarché au Japon, vous verrez.

Le Monde, quant à lui, distingue 4 grands thèmes : économie, société, institutions, planète.

Alors, faites vos choix et faites les bons, pas de vote blanc, pas d'enfantillage, aux votes citoyens !

Vous êtes libre de ne pas être d'accord avec moi... et de me le dire ! Cela s'appelle la démocratie. Hommage aux Syriens.

PS. Les Décodeurs - Fact Checking Participatif - Service Politique du Monde

Vos Chemins Mènent à Rome

Commentaires

Eric!
je n'ai pas le temps de tout lire en détail, j'y reviendrai plus tard. Je sais déjà pour qui je vote.
Pas utile en tout cas. Je n'ai pas l'habitude de donner des chèques en blanc. Je fais un choix par défaut. Mon grand regret c'est que nos politiques se regardent le nombril, chacun à sa façon selon son égo. Où sont les altermondialistes ? Où est passé cet élan vers un changement environnemental, et le débat sur le nucléaire ? On pourrait croire qu'après Fukushima le sujet serait brûlant...
Mauvais choix de candidat ? Sûrement, on peut imaginer comment un Cohn Bendit aurait mis plus que ses pied dans le plat.
Mais si je suis convaincu que le débat écologique est le plus politique, car il ne s'agit pas que d'un changement d'habitude, c'est un changement de système.
On nous a imposé la mondialisation, vivons avec, allons-y, mais dans le bon sens !
Et pas en spectateur atterré du plus grand recul social jamais vu jusqu'alors. Nous allons bientôt revenir à l'avant Front Populaire. La Grèce, l'Espagne sont les travaux pratiques des grands de ce monde. Je veux parler des banquiers qui arnaquent sans être inquiétés, et laissent la facture, qui reçoivent de l'aide des états quand ils sont en difficultés et ne la rembourse jamais. Nous allons y passer comme les autres.
Je suis très pessimiste. Même si je crois que la France va passer à gauche, rien rien n'est en voie de trouver une solution. Ce n'est plus là qu'est l'enjeu.

Bon on ne se refait pas. Si je ne crois plus aux lendemains qui chantent, comme on le disait en 68, ce n'est pas ce que j'ai pu voir depuis dans le monde qui aurait pu me convaincre que notre sort se joue dans les urnes.
Mais j'aurai vécu ça, c'est en moi, comme un bonheur intense qui n'est plus, mais a été.
Amitiés
Anna

Articles les plus consultés