Mozzarella Bar à Rome

Envies de fraicheur ? de tendresse ? de saveurs ? Les beaux jours sont de retour et avec eux les températures chaleureuses. Pour un repas simple et excellent, le soir, un bar pas comme les autres vous attend à Rome, un mozzarella bar...

Tomates MozzarellaTomates Mozzarella - MrB-MMX - cc

C'est presque mon plat préféré en Italie. J'exagère à peine. Les tomates mozzarella. En plus, il parait que je les prépare très bien et que, pour moi, c'est un exploit digne d'une étoile Michelin...

Qui a dit que les choses simples ne peuvent être raffinées ? Des tomates goûteuses à souhait, une mozzarella tendre sous la dent, un basilic frais et parfumé, une touche d'huile d'olive, un peu de poivre aux 4 baies, un peu de sel. Et voilà ! Le tour est joué. Italian style.

Si vous n'avez pas envie de "cuisiner", vous avez aussi la possibilité de vous faire un mozarella bar, obikà pour être précis. A part le fait qu'il y en a aussi à Londres, Kuwait City, New-York et Tokyo, 2 Obikà mozzarella bar vous attendent à Rome...

OBIKA' ROMA PREFETTI
Piazza di Firenze - angle de Via dei Prefetti
Horaires: tous les jours de 8h à minuit
A partir de 19h30 Aperitivo Obikà
Dimanche Mozzarella Brunch


OBIKA' ROMA CAMPO DEI FIORI
Piazza Campo dei Fiori - angle de Via dei Baullari
Horaires : tous les jours de 8h à 2h du matin
A partir de 18h Aperitivo Obikà

Pour vous changez des pizzerias, essayez et dites moi ce que vous en pensez !

Vos Chemins Mènent à Rome

Commentaires

Silvia a dit…
Sympa leur site, magnifiques les photos, à regarder le ventre plein !
Seul le choix du nom me laisse perplexe.
N'empêche, je vais me proposer pour ouvrir un Obika à Paris !

PS - Appelons un chat un chat et une tomates mozza une (salade) caprese, c'est même plus joli, non ?
Eric a dit…
Carrément ! Oh là, là, la honte que tu me mets sur ce coup là ! Je faisais de la Caprese sans le savoir. Je me coucherais moins bête ce soir. Merci. Ciao Silvia.
Moi aussi j'adore cette salade. Déjà, à cause du mélange de couleurs. Il me faut toujours le plaisir des yeux, d'abord. Et puis, ce sont les couleurs de Rome, où c'était pratiquement mon unique plat, toujours agrémenté d'una ciabatta.

Et si je continue à manger des salades où le vert, le rouge et le blanc se mêlent, ce ne sont plus les mêmes. La mozzarella que l'on trouve ici, est industrielle, à base de lait de vache et insipide. Quand au pain, chaque fois que j'ai sauté en l'air parce que j'avais trouvé una ciabatta, je suis vite redescendue sur terre. Une pâle copie sans plus.

Alors je mélange tomates, basilic et rouquette du jardin, fromage de chèvre frais préparé par des amis et du pain fait maison. C'est un régal, mais différent, que je vois toujours comme une citation du temps où...
Eric a dit…
Anna, tu dois absolument retourner à Rome pour goûter de nouveau à ces plaisirs...
Silvia a dit…
Anna, pour le pain je suis d'accord, la soi-disant ciabatta qu'on propose n'étant qu'un ignoble succédané, mais pour la mozzarella on trouve ! Et je parle là de la bufflonne bien évidemment, rien à voir avec le lait de vache. Désormais beaucoup de fromagers ont de la vraie mozzarella de bufflonne en provenance de Caserta et avec l'appellation d'origine, en plus chez Monoprix on peut la trouver dans la ligne Gourmet (losange violet) et c'est tout à fait correct. Enfin je ne sais pas où tu es basée en France, mais à Paris il y a 4 magasins du Cisternino, une coopérative originaire d'une commune du Latium. Rien de branché mais des produits laitiers absolument authentiques et même pas chers. Si Eric est d'accord on peut mettre les adresses en ligne.
Eric a dit…
Et comment que je suis d'accord, j'en ai déjà l'eau à la bouche !
Silvia a dit…
Voilà alors :

Cisternino à Paris
5e, 17 rue Geoffroy Saint Hilaire
9e, 37 rue Godot de Mauroy
10e, 46 rue Faubourg Poissonnière
11e, 108 rue Saint-Maur

Gaffe aux horaires, ils font la sieste !

Le bon rapport qualité-prix est dû au fait qu’il n’y a pas d’intermédiaire, s’agissant d’une coopérative de producteurs

Par ailleurs, Monsieur pourra confirmer, je crois que désormais ils ont ouvert aussi à Milan ?
Eric a dit…
Grazie ! Peut-être ici ? Viale Montenero, 25, Milan, 20135 (Porta Romana)

Je l'ignorais...
Merci Sylvia, mais de Toulouse à Paris, cela fait un peu loin...
Il y a un Monoprix ici où je pourrai essayer de chercher.
Pour la ciabatta, je vais tenter de trouver une recette sur un blog italien.
Je vous tiens au courant de mes essais !
Eric a dit…
C'est ma journée ;-) Je ne savais pas ce qu'était la ciabatta avant... Tu fais ton pain toi même ?
Silvia a dit…
@ Eric
Je crois, oui. J'ai jeté un coup d'oeil et ai trouvé la même adresse, si tu es dans le coin va voir, ça vaut le coup (et le détour éventuel). De la bonne bufflonne pour ta caprese milanaise...
Et je pense que tu peux trouver aisément du pain ciabatta à Milan.
@ Anna
Tu pétris à la main ou te laisses aider par la froide mécanique d'une machine à pain ?
Silvia a dit…
@ Anna
J'oubliais : ça m'étonnerait qu'au Monoprix de Toulouse on ne trouve pas la ligne Gourmet avec ses spécialités italiennes tout à fait correctes !
Tu me diras, ça me tient à coeur de le savoir.
A la main bien sûr, c'est un plaisir jouissif du début à la fin. Et je ne peux m'empêcher de piocher dans la pâte crue, avec encore la crainte, comme me le disait ma grand-mère, qu'elle ne me colle l'estomac !

Pour la mozzarella, je ne sais pas si maintenant j'ai envie d'essayer. Tout est trop subjectif chez moi. Chaque sens fait appel aux autres et je suis sûre que je serai déçue.
Silvia a dit…
Eric, la belle description de ta caprese m’a enfin ressuscité un souvenir : celui d’une recette.
La voilà pour toi et pour tous ceux qui lisent en silence sans jamais se manifester.
Elle n’est pas de mon cru mais appartient à l’inoubliable Ugo Tognazzi qui à ses talents de comédien (La cage aux folles entre autres) mariait ceux de chef et gastronome.

Spaghettini alla caprese
Tu prépares ta caprese comme d’habitude, seulement tu coupes les tomates et la bufflonne en petits morceaux (ou alors tu utilises des tomates cerises coupées en 2 et de petites bouchées de bufflonne), tu mets tout dans un plat à four et fais passer au four à 200° pendant 5’, sans oublier ton basilic frais du balcon.
Entre temps tu fais cuire des spaghettini, tant mieux si au blé complet, bien al dente.
A peine égouttés tu les mélanges avec la caprese en dés dans le même plat à four, ça doit être très chaud pour que les spaghettini finissent leur cuisson tout en se mariant avec l’assaisonnement.
C’est un pur régal.
Eric a dit…
J'essaie la recette dès mon retour de mai. Merci, Silvia ! J'en ai déjà l'eau à la bouche.
Silvia a dit…
Et en relisant je m'aperçois là que le verbe marier apparaît deux fois dans mon texte... Comme quoi... !!!

Articles les plus consultés