Internet N'est Pas la Télévision | Rome en Images
Votre Billet Coupe File pour le Colisée
RSS facebook twitter googleyoutube Suivez Rome sur Pinterest
Les Italiens sont des Français de bonne humeur - Jean Cocteau

Internet N'est Pas la Télévision

Internet n'est pas la télé ! Le gouvernement Berlusconi s'apprête pourtant à appliquer un décret, qui vise à transférer en droit italien la Directive Européenne UE 2007/65/CE sur l'audiovisuel... La seule petite différence, dans le texte italien, est que le web ou internet, comme vous voulez, en prennent pour leur grade. Geeks de tous pays, unissez-vous !


C'est une bizzarerie de plus à mettre au compte du gouvernement Berlusconi. C'est en effet le seul pays européen -si je me trompe, merci de me le faire savoir- à avoir interprété la directive européenne sur l'audiovisuel, en droit national, de cette manière... Mais de quoi s'agit-il ?

Services Audiovisuels

La directive européenne limite sa définition des services audiovisuels en indiquant que ces services excluent les activités à but non économiques et celles qui ne sont pas en concurrence avec la TV, comme les sites privés ou ceux de "fourniture et de distribution de contenus audiovisuels générés par des utilisateurs privés à des fins de partage"...

En décodé, cela veut dire que ni les sites de partage de vidéos en ligne, Youtube et compagnies, ni votre site ne sont concernés...

Le décret italien, lui, ajoute un petit détail qui n'en est pas un et qui a mis le feu aux poudres sur le web italien et dans la classe politique. Certes, l'activité principale d'un site internet ne doit pas être économique, mais le décret retient dans sa définition de médias audiovisuels "les sites qui fournissent et mettent à disposition des images animées, sonores ou non, dans lesquels le contenu audiovisuel ne soit pas à caractère accidentel."

Alors que la définition européenne était claire et limpide, celle du décret est sujette à interprétations et englobe quasiment tous les sites qui diffusent des vidéos. Vous... moi ! Mais mon site est hébergé aux US, donc n'est pas concerné par ce décret. Ouf ! Mais les sites italiens, si. Aie ! Conséquences ? Tous les sites italiens devraient obtenir une autorisation de diffusions, s'ils souhaitent mettre des vidéos à disposition de leurs visiteurs.

Intérêts inavoués : Faire passer le web pour une télé géante et la mettre sous la coupe d'une autorité de régulation à la solde du pouvoir en place. Le retour à la bonne vieille téloch de papa, en somme !


Responsabilité Editoriale

La directive européenne retient que, dans le cas de Youtube ou Dailymotion par exemple, c'est l'utilisateur du service de mise en ligne de vidéos qui est responsable de ce qu'il télécharge sur le réseau. En clair, le fournisseur de la plateforme ne peut être tenu responsable de vidéos illégales -pour des raisons morales ou d'atteinte aux droits d'auteurs- mises en ligne par vous et moi...

Au contraire, le décret italien impose aux plateformes de mise en ligne de vidéos de se munir de toutes les autorisations des ayants-droits aux programmes diffusés, avant de les mettre en ligne... C'est donc un transfert de responsabilité que le décret opère. Du boulot en perspective pour Google Italie (propriétaire de Youtube). Un moyen sûrement de lutte contre le chômage pour le gouvernement italien ?

Intérêts inavoués : Berlusconi, propriétaire du groupe de médias Mediaset, est en procès contre Google, à qui il réclame 500 millions de dommages et intérêts pour diffusions de programmes, qui appartiennent à son groupe, sur Youtube, sans son autorisation évidemment. Si le décret est appliqué, cela va devenir difficile pour Google...

Le décret s'applique aux sociétés installées en Italie. Ce n'est pas le cas de la maison mère de Google... Mais, c'est une autre histoire.


Synthèse

Ce décret arrive à point nommé pour Berlusconi. Bousculé depuis des mois (années ?) par Beppe Grillo et son blog qui cartonne en Italie et dans le monde entier, par la marée violette du No B Day, qui s'est formée sur internet, Berlusconi voit aussi l'une des bases de son pouvoir menacée : la télévision...

La télévision ne fait plus recette, au sens propre comme au sens figuré. Les recettes publicitaires sont menacées par l'intrusion du net sur le marché. La crise a rafraichi les annonceurs et ils doivent se partager avec la toile. De plus, je n'ai pas les statistiques, mais le nombre d'heures passées devant internet, par les jeunes notamment, chaque jour, ne cesse d'augmenter, selon moi... au détriment de la télé. Le net et son pouvoir d'attraction...

Internet est plus difficile à maîtriser. C'est bien ce qui inquiète l'homme d'affaires et de pouvoirs qu'est Berlusconi. Le business est menacé et l'opposition organisée. Si je suis d'accord sur le fait que les droits d'auteurs doivent être respectés, ces lois sur-mesure contre les blogs ou les diffuseurs de vidéos, me font penser à une classe politique qui n'a pas pris le train de la toile en marche.

Espérons que la nouvelle garde italienne soit plus clairvoyante. Et surtout qu'elle ne mélangera pas business et gestion du pays.

Ce sujet mériterait sûrement davantage de mises en perspectives, avec d'autres pays notamment. Je ne suis pas non plus spécialiste des télécommunications et des médias. Si la moutarde vous monte au nez, ou si vous souhaitez préciser un élément, l'espace des commentaires vous est ouvert, comme d'habitude.

C'est sur le net italien que je suis allé prendre mon inspiration et ma respiration du jour sur ce blog : Guido Scorza. C'est le premier que j'ai trouvé pour l'Italie ; ce que j'ai lu m'a paru précis. Ce n'est peut-être pas le meilleur. Si vous trouvez mieux, un lien en commentaire fera le bonheur de tous.

Et si vous êtes curieux(se) de lire ce qui a été publié sur la TV sur ce blog : Tous les articles sur la télévision

Vos Chemins Mènent à Rome

Rome, italie

2 commentaires :

sur les traces de notre enfance a dit…

J'avais entendu parler de ce décret sur ARTE où les nouvelles sont toulours brèves et j'attendais que tu en fasses écho.
Si ce décret passe, c'est le commencement de la fin de la liberté d'expression.

Cette nouvelle m'avait fait monter la moutarde au nez, mais dès qu'il est question de Berlusconi on s'attend au pire.
Pourtant il fait figure d'enfant de choeur à coté de ce qui se passe en CHINE.
Non seulement là-bas le web est laissé à sa plus simple expression, censuré en permanence mais j'ai entendu sur ARTE encore, que le gouvernement Chinois avait passé un accord avec la firme NOKIA pour avoir le droit de localiser les utilisateurs de téléphones portables de cette marque. Je ne sais pour combien de deniers NOKIA a accepté de jouer les Judas, mais un grand nombres de dissidents ont été ainsi suivi à la trace et il y a eu suffisamment d'arrestations pour que quelqu'un fasse le lien et évente le procédé.
Je sais qu'il y a eu un appel au boycot de NOKIA. Dont le PDG trouve tout à fait normal cette collaboration.

Cela fait froid dans le dos. On ne peut s'empêcher de penser que ce qui se fait là-bas pourrait un jour se faire ici.
Et de remarquer que les cabines téléphoniques c'était finalement bien plus sûr.

Eric a dit…

C'est toujours le cas, si tu arrives encore à en trouver une ! Regardes les films américains. Les appels se font d'une cabine souvent. Mais le but est de ne pas rester trop longtemps pour ne pas se faire repérer ! Et puis les cabines rouges londoniennes. So chic !

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires... j'adore ! - Rome en Images