Place d'Espagne [Photos]

Zoom sur Rome... vos plus belles photos de Rome.


Il est très rare de voir les escaliers de la Trinité des Monts et la Place d'Espagne désertés, comme ici. Tout dépend bien sûr de l'heure à laquelle vous vous levez...


2ème particularité, les escaliers sont fleuris. C'est très beau, mais cela ne dure que quelques semaines par an (voit la Trinité des Monts en Fleurs)...

... une petite pause assis sur les marches dans votre ballade du week-end ou votre découverte de Rome... au sein de la foule, la jeunesse, les touristes, le soleil, la vie qui bat... la journée s'écoule tranquille...

Bon dimanche à tous.

N'hésitez pas à m'envoyer vos photos, si vous avez un cliché qui vous tient à coeur. Zoom sur Rome n'est pas un concours de professionnels !

Vos Chemins Mènent à Rome

Commentaires

Cet article m'a échappé !

Scalinata dei Monti. C'était ma première étape en quittant la Villa Medici.
J'avais ma place, adossée au mur de l'église, assise sur la rambarde de l'escalier qui mène au couvent.
Je reprenais pied dans la vue, le brouhaha, le défilé des jeunes qui étaient hébergés là, et me prenant pour une des leurs, ne manquaient pas de me saluer affablement.

J'installais mon petit bureau, carnets et stylo, et le reste de mon pique nique du midi. Un petit cornet de papier avec quelques olives noires, le reste d'un ciabatte, des nespole.
J'aspirai la ville par tous mes pores. Coupoles, altanes, et ce fleuve incessant de personnes
parlant toutes en même temps, et dont les langues se mélangeaient.

Il tramonte... les cloches qui soudain se répondaient, traversant le ciel...

Plus tard, la nuit tombée, je descendais m'assoir sur les marches.
Un guitariste solitaire égrenait ses notes mélancoliques.

Un groupe de jeunes punks paumés, et soudain l'une des filles qui se met à chanter d'une voix proche de celle de Janis Joplin. Chair de poule, larmes aux yeux. Et puis elle revient sur terre, reprend sa conversation et sa bière.

Un concert un soir de Fête Nationale avec l'inévitable Nabucco, que je fredonne comme mon voisin d'un âge respectable. Nous engageons la conversation et ce n'est qu'après une dizaine de phrases qu'il réalise que je ne suis pas italienne !

La dernière année où je suis allée à Rome, les escaliers étaient fermés par des barrières, pour nettoyage et rénovation. C'était comme si le cœur de la ville s'était arrêté de battre...
Je faisais un détour pour ne pas voir ça.

Je viens encore de partir, et il faut revenir.
Mais quelle joie d'avoir une mémoire très fidèle, comme une petite cinémathèque dans laquelle je n'ai qu'à choisir mon film.
Je ne le fais pas souvent.
La nostalgie me pince littéralement le cœur...
Anna

Articles les plus consultés