Jean d'O à Rome pour l'éternité

Jean d'Ormesson a au moins un regret, connu depuis longtemps : celui de ne pas avoir écrit un livre unique, comme l'Iliade et l'Odyssée par exemple. Mais il a au moins une satisfaction : celle de "faire de ce monde sinistre, un monde de bonheur". Par la littérature bien sûr.



Comme il le définit lui-même, son dernier livre traduit en italien, la création du monde, qu'il est venu présenter ce soir à Rome, est au croisement de deux réflexions :

- ce qu'il y a de plus important, c'est dieu, qu'il existe ou non
- ma foi est la forme de mon espérance

Jean d'Ormesson est honnête. Il avoue qu'il ne sait pas. Il ne sait pas ce qu'il y a après la mort. Il ne porte pas de montre... Mais le temps est l'un de ses moteurs de réflexion préféré. Ainsi, la création du monde parle de Dieu, du big bang, d'éternité, d'espace et de temps. Expliquer le mécanisme du temps, mais de manière très gaie, comme il aime le rappeler. Son oeil souvent malicieux ne le contredit pas.

Et puis, d'une boutade : "Ce que j'ai voulu dire, je l'ai écrit".

colisée, rome, italie, rome en images
Tous les Chemins Mènent à Rome


Commentaires

Camille a dit…
Bravo pour ce blog original, une bonne idée pour parler de la Roem d'aujourd'hui, pas la Rome des touristes, mais la Rome que l'on vit tous les jours.

Bonne route !

Camille L.
Rome a dit…
Merci Camille de vos encouragements.

J'espère que vous aurez toujours plaisir à découvrir Rome en images.

A bientôt.

Rome en images
Avec « La création du monde », c’est un peu toujours la même chose la même chose : une brillante digression, très enlevée, assez jubilatoire. Comme il aime à le faire, notre académicien badine avec des sujets philosophiques et spirituels très sérieux et austères. Ce livre est un aimable résumé de philosophie générale, une élégante conversation de salon à la manière du XVIIIème siècle. « La pensée aux mille ressources a inventé un instrument formidable de récupération et de conservation des paroles : l’écriture. Pensée au second degré, parole figée sur place, l’écriture est du langage conservé dans l’espace sous forme de signes au lieu de rester dispersé dans le temps sous forme de sons. » Comment dire ? Je crois qu’il dirait lui-même : épatant !

Articles les plus consultés